Interview de Frédéric BREMAUD, scénariste de BD


Il y a quelques temps de cela, nous avions eu l'occasion de chroniquer le tome 1 de Brindille, une bonne petite bd (12+) dans un univers fantastique. Aujourd'hui nous avons l'occasion d'échanger avec Frédéric BREMAUD, scénariste de cette BD notamment, mais de bien d'autres également.


Corner BD: Bonjour Frédéric, merci de nous accorder un peu de ton temps. Parlons d'abord de toi. Quel est ton parcours, comment es-tu arrivé à la bande dessinée?


Frederic BREMAUD: C'est moi qui vous remercie. En parallèle à mes études, j'ai eu la chance de faire un stage chez Soleil, puis au Cnbdi d'Angoulême, ça m'a permis de connaître un peu les coulisses, d'y rencontrer des dessinateurs. Aux Beaux-Arts notamment. C'est avec ces premiers dessinateurs que j'ai monté mes premiers projets: Mathieu Reynès, Lematou/Artoupan, Bruno Duhamel, Jean-emmanuel Vermot-Desroches, Benoît Vieillard. Tout ça a pris un peu de temps, et quand j'ai commencé à signer, je suis retourné à La Rochelle où j'ai continué à développer des projets.

Soleil donc, le Cnbdi, sa bibliothèque que j'ai écumée, l'organisation de certains espaces pour le Fibd et au Québec. Bref, on s'est bien amusé.


Corner BD: Si je ne m'abuse, tu travailles et a travaillé sur plein de projets différents. Est ce que tu peux nous en parler un peu? Quels sont les styles de ces projets?


Frederic BREMAUD: C'est l'avantage d'être scénariste. Et d'aimer tous les genres de BD, de Bernet à Will, Crumb, Moebius ou Breccia. Alors forcément, ça crée des envies toutes aussi différentes.

Mes premières séries (à part un ou plusieurs strips dans le Margouillat, ma première publication), ont été signées chez Soleil. J'avais fait un stage, je connaissais du monde qui m'incitait à proposer des projets; de la fantasy donc même si entre nous, ma culture du genre étant limitée, j'étais un peu en bout de catalogue. Mais ça m'a permis d'apprendre un peu. Plus jeune, mes grandes influences étaient Greg avec "Achille Talon", Fred et Alexis pour "Time is money". J'ai aussi eu la chance, grâce à la bibliothèque de mon village (Nueil les Aubiers) de connaître le même jour Moebius, Tardi, Comes, Bilal et Hugo Pratt. J'étais venu pour chercher des "Lucky Luke" et des "Spirou", que j'adore toujours, heureusement. Et paf, la classe. Bref, tout ça pour dire que je n'aime pas tout, mais que mes auteurs favoris publient dans des genres très différents. Je fais donc du gag, des documentaires animaliers, des trucs avec des vampires, des westerns, des polars et des histoires de pirates. Tout ce que j'aime en fait.


Concernant mes parutions du moment, il y a "Brindille", qui, pour moi, est tout sauf de la fantasy. Mais bon, ça y ressemble quand même pas mal. Je vais sortir "Le Cinéaste" avec Artoupan, le troisième et dernier de nos albums érotiques (après "Mahârâja" et "Nuits indiennes"). Là, c'est de l'aventure olé olé que je signe Labrémure. Sous le pseudo de Lili Mésange, j'écris "Camomille & les chevaux" pour Stefano Turconi. Des histories courtes humoristiques. "Love", avec Bertolucci, c'est du docu-fiction. On est sur un cinquième épisode en ce moment. "Les petites histoires", toujours avec Federico, du documentaire pour les petits. Avec Baptiste Amsallem, j'ai repris les histoires de Balez & Malina pour Wakou. Je viens de terminer également deux albums avec Giovanni Rigano. Ce sont des aventures maritimes, avec en toile de fond, le nouveau monde, Lafayette, l'Hermione. On venait de publier "Lehaim", des récits juifs, parlant, d'une certaine manière, des diverses réactions d'une communauté, à la violence. Je continue toujours d'écrire pour Frank Leclercq. Après "Simon Hardy", on a sorti un album sur le tour de France de 1938, et "Bartali". Et puis, des choses en cours. Notamment, un album autour du procès Barbie. Un peu de tout donc, mais pas forcément contradictoires.


Corner BD: Et bien, tu dois avoir des journées bien chargées pour mener à bien tous ces projets en parallèle les uns des autres! Jongler entre ces différentes collaborations, dans des styles différents, et avec des dessinateurs différents les uns des autres, ce n'est pas trop compliqué?


Frederic BREMAUD: Comme tout le monde, mais pas plus que ça. En écrivant sur des sujets différents, dans des styles différents et pour toutes sortes de publics, chaque projet me repose du précédent. Avec Federico Bertolucci, par exemple, on réalisait deux Petites histoires entre deux albums de Love. Et écrire des gags de Camomille & les chevaux ne prend pas la même case du cerveau que Brindille.


Corner BD: Je comprends. Merci à toi pour toutes ces réponses ainsi que pour le temps que tu nous a accordé. Et bien il y en a pour tous les goûts, tous les styles; tout le monde pourra y trouver son compte :)

Si tu as un dernier petit mot pour nos lecteurs, n'hésite pas :)


Frederic BREMAUD: Un dernier mot? Je commence à développer un projet maritime. L'action se déroule au 18ème siècle. Je vais donc chercher un dessinateur réaliste passionné par le sujet. Merci.

Planche signée Brremaud et Bertolucci pour l'album "Mickey - All Stars" de Glénat